lundi 10 décembre 2007

Une petite chanson....

DEMAIN L'HIVER

Paroles et musique: Robert Charlebois

Demain l'hiver je m'en fous je m'en vais dans le sud au soleil
Me baigner dans la mer et je penserai a vous
En plantant mes orteils dans le sable doux
Je vous laisse mon pays ce n'est pas un pays c'est l'hiver
Chanté par les charrues
Je vous laisse mon scraper et ma pelle de bois
Pour vous rendre à la rue je vous laisse la petite glace
Dans l'escalier tournant qui vous fera tomber sur le
Je vous laisse ma paix je vous donne ma paix
Je me pousse en paix avec les canards

Demain l'hiver je m'en fous je m'en vais dans le sud au soleil
Me baigner dans la mer et je penserai a vous
En priant le soleil dans l'eau à genoux
Je vous laisse les enfants qui s'assomment en se pitchant
Des balles de neige en glace en pleine face
Je vous laisse les enfants qui ont la langue collée sur les tracks
Et qui pleure parce que le train s'en vient
Je vous laisse les enfants mangés par la souffleuse
À quatre heures dans un fort top secret
Je vous laisse ma paix je vous donne ma paix
Je me pousse en paix avec les canards

Demain l'hiver je m'en fous je m'en vais dans le sud au soleil
Me baigner dans la mer et je penserai a vous
Assis dans la soupe bleue jusqu'au cou

Je vous laisse le but du Canadien compté par Jean Béliveau sans aide
Je vous laisse les pieds gelés dans la slotch un transfert entre les dents
Je vous laisse mes chaloupes dans le portique
Mes mitaines et ma gratte en plastique
Je vous laisse ma paix je vous donne ma paix
Je me pousse en paix avec les canards

Demain l'hiver je m'en fous je m'en vais dans le sud au soleil
Me baigner dans la mer et je penserai a vous


et une autre....



ICEBERG

J. Charlebois - R. Charlebois

Y fait frette
Y fait frette en calvette
Le monde pète au frette
Au Québec, tabarouette
Où ce qui sont mes bobettes
Ça va me prendre une saint-clette de bonne chaufferette

Le con gelé crie au génie
Y ont surgelé son énergie
Il est en standby pour Saint-Malo
Il flotte comme un gros marshmallow

Jacques sans quartier sous le pont Champlain
Poking Fire j'envoie la main
Il part pour la baie des Chaleurs
Il fond en larmes, c'est donc de valeur

Lui, le fonctionnaire
Des régions étrangères
Y est sur les nerfs, y manque d'air
Faut qui sorte de son frigidaire

Grande Hermine, ma pas fine
Je ratatine dans mes bottines
La prochaine fois, je prends Air Louisiane
Ou Pan American

J'ai la guédille au nez
Non j'ai même pus de nez, y est frosté, y vient de tomber
Faut que je me shoute
À la vitamine C
Le bridge entre mes dents vient de s'effoirer
Assez

Le con gelé crie au génie
Y ont surgelé son énergie
Il est en standby pour Saint-Malo
Il flotte comme un gros marshmallow

Jacques sans quartier sous le pont Champlain
Pendant qu'une squaw j'envoie la main
Il part pour la baie des Chaleurs
Il fond en larmes, c'est donc de valeur

Lui, le fonctionnaire
Des régions étrangères
Y est sur les nerfs, y manque d'air
Faut qui sorte de son frigidaire

Mal au bloc je suis pas trop hot
Y a plein de maringouins, ferme la porte
J'ai oublié mon sac de pot
Dans le dash de mon yacht

Je toffe, j'endure
J'ai la couenne dure
Sortez-moi de mon dry gin
Vite un Holiday Inn

Les bélugas dansent le calypso
Avec la gang de frogs à Cousteau

Catherine, ma femme, tu le croiras pas
J'ai mangé du blé d'Inde
Des cretons, de la poutine
Pis des oreilles de crisse
Au club Med Hochelaga
C'est effrayant comme ça glisse
Ça se peut pas ce pays-là
Que nous nommâmes Rodéo-Canada

Y fait frette
Y fait frette en calvette
Le monde pète au frette
Au Québec, tabarouette
Où ce qui sont mes bobettes
Ça va me prendre une saint-clette de bonne chaufferette


comme ca juste pour fredonner
parce que je l'aime mon pays, mais il y a des jours
ou marcher sous la pluie
dans la brume, ou un vent sec et chaud, sous un soleil d eplomb ca ferait rudement du bien!

mais je l,aime mon pays, ca oui....



SAINT-LAURENT

J. Charlebois - R. Charlebois

J'habite un fleuve en Haute-Amérique
Presque océan, presque Atlantique
Un fleuve bleu vert et Saint-Laurent
J'habite un grand boulevard mouvant

Une mer du Nord en cristaux de sel
Agile, fragile, belle et rebelle
Presque océan, presque Atlantique
J'habite un fleuve en Haute-Amérique

Un fleuve tout plein d'animaux brillants
De capelans, de caps diamants
De baleines douces et de poissons-volants
J'habite un estuaire souffrant

Un vieux géant à court d'arguments
Il faut vacciner même les marsouins
Débarbouiller bébé loup-phoque
Des Grands Lacs jusqu à Tadoussac
Il faut laver l'eau, laver l'eau, laver l'eau

J'habite un fleuve en Haute-Amérique
Presque océan, presque Atlantique
Un fleuve bleu vert et Saint-Laurent
J'habite un grand boulevard mouvant

Une mer du Nord en cristaux de sel
Agile, fragile, belle et rebelle
Presque océan, presque Atlantique
J'habite un fleuve en Haute-Amérique

Un fleuve par devers Charlevoix
Bordé de quais, de fermes d'oncles Joseph
De noms qui chouennent chez les Cajuns
J'habite une suite de caps tourmentés

A la mémoire des marins d'eau salée
Des voitures d'eau qui l'ont défrichée
Ils étaient des centaines puis des milliers
On es des millions amarrés aux marées
Amarrés aux marées
Amarrés aux marées
Amarrés aux marées

J'habite un fleuve en Haute-Amérique



et puis une petite dernière...... pour la route
comme on dit
car de chez vous je dois m'en retourner chez moi, ouvrir la porte, chauffer le poêle....mettre l,eau a chauffer...rêver.

LA MARCHE DU PRÉSIDENT

G. Vigneault - R. Charlebois

Un président s'en va chassant
Un champ trop grand
Un soleil trop blanc
Trop haut le vent
Trop tôt un enfant

Qui s'amuse avec son mal de dents
Joue avec son oeil pour voir dedans
Et croque du sable avec ses yeux
Devant le ciment silencieux

Derrière chez nous y'a t'un un étang

Le président s'en va tuer le temps
Avec son grand vautour d'argent

Qui voit tout venir du haut du vent
L'enfant voit venir le président
Il remet ses yeux dans son ballon
Fait semblant de trouver le temps long

Visa le temps tua le vent

Monsieur l'enfant
Ton nom et ton rang
Pour tes sept ans
Te voilà bien grand

L'enfant voit venir le président
Qui veut lui voler son cerf-volant
Le vautour s'en va tourner plus haut
Un enfant leur a tourner le dos

Le mauvais temps est sur l'étang

Monsieur l'enfant
Parlez un instant
Au président
Qui perd son temps

Qui est tu du haut de tes sept ans
L'enfant dit je suis le président
Même si je n'ai pas de vautour
À me suivre et me tourner autour
Le vautour demande c'est pour quand
Pour demain ou pour dans quarante ans
L'enfant dit demandez-le au vent
Le vent dit l'enfant est président
C'est charmant et surtout plein d'humour
Dit le président à son vautour
Ce petit a bien de l'avenir
Mais l'enfant le voit toujours venir
Dites-moi monsieur l'enfant rêvant
Quels seront vos premiers règlements

L'enfant dit j'abolirai d'abord
L'extraction de l'argent et de l'or
Et tout l'or et tout l'argent du temps
Serviront à votre monument
Construction de votre régiment
Entouré de fer et de ciment
J'abolirai le gouvernement
Avec le métier de président
Je ferai chanter les réacteurs
En accord avec les malaxeurs
Je mettrai sous votre monument
L'arsenal avec les armements
Je ne garderai que les couteaux
Et puis je vous tournerai le dos

Par-dessous l'aile il perd son sang

Le président
Dit a son vautour
Va faire un tour
Au bout de mon champ

Un ballon qui crève sur l'étang
Et qui parle avec un cerf-volant
Le soleil se couche l'oeil en sang
Et la lune a l'air du ballon blanc

Trois dames s'en vont les ramassant

4 commentaires:

Lupin a dit…

Bon voyage alors ! Mon frérot part à Cuba demain. Et toi tu vas où?

Miss Lulu a dit…

Moi je garde la phare
j'avais juste envie de fredonner...
Cuba et ses plages...wow!

le jardin de caro a dit…

tu es bien joyeuse lol

Lupin Mauve a dit…

Hi hi je me suis demandée après avoir écrit mon message si c'était juste pour les tounes ! ;-)

Une petite colère

Il en avait assez le ciel de tout ces nuages .... De ce temps de pluie, temps incertain. Alors une grande peine l'a envahi et il a t...