vendredi 29 août 2014

Congé: Fête du travail

Toujours le premier lundi de septembre.

J'aime beaucoup ce jour férié car j'ai toujours l'impression de mordre une toute dernière fois dans le mode estival.

Ensuite la routine, pour plusieurs les chalets et emplacement de camping seront fermés pour la saison a venir ou moins fréquentés en automne et fermés pour l'hiver. Pour les étudiants il y a le retour en classe. Pour les autres le retour au travail.


Les journées raccourcissent et il faut bien en profiter.
Cultivez votre sourire et votre joie de vivre.






Peu importe le temps qu'il fera, sachez profiter ces journée afin de remplir vos yeux de belles choses.
Savourez donc le moment présent et remerciez l'univers.

 





Planifiez un temps pour les loisirs, une sortie afin de découvrir de nouveaux chemins.



 






 

Aimez votre lieu de vie et profitez-en.
Admirez le car il est votre havre.
Et la trace de votre vie.

Prenez du recul.

Laissez un peu les obligations de côté.

Souriez, admirez et soyez heureux !




mercredi 27 août 2014

Aout déjà.





J'ai délaissé mon blog encore une fois.
Mais son espace, les mots et les photos me manquaient.
Cependant beaucoup de choses différentes sont entrées dans ma vie et je dois dire que j'en suis heureuse.
Beaucoup de travail sur le terrain: plantation d'arbres, de vivaces, un bassin d'eau et aussi j'ai délaissé le jardin communautaire pour cultiver chez moi en plus petit .
Différemment.
Juste avoir a ouvrir la porte et cueillir sans déplacement aucun est agréable, quoi que au début il y a eu un moment d'hésitation, de remise en question mais je ne regrette absolument rien.

Mes fleurs en ont aussi profité car j'étais plus disponible pour les entretenir.
Puis il y a eu des travaux sur le terrain, dans la maison.



Puis la météo a aussi contribué ... Un printemps lent a s'établir et un été en dent de scie.

 Il reste que malgré tout j'ai hâte à l'automne, hâte à la fraîcheur, aux couleurs de la nature et son mode de vie différent.
J'ai déjà débuté les conserves, les marinades en prévision de l'hiver.



La vie nous emmène sur des chemins différents et c'est très bien ainsi.



dimanche 25 mai 2014

Matinée concert au boisé.

Très tôt en matinée je suis partie chercher l'équilibre de vie en foret.

Aucune idée précise de l'itinéraire mais une idée certaine: un havre de paix.

Et j'ai trouvé !



Après juste quelques pas dans un sentier a peine tracé dans un jeu d'ombre et de lumière dans  un silence quasi total
voilà qu'un syndicaliste acharné, revendicateur de droits de passage est arrivé sans aucune présentation et politesse. La bouche pleine il criait a plein poumon son droit d'habitat.
Aucune négociation possible selon moi, mon avis ne comptait nullement.
Alors bien avisée j'ai poursuivi mon chemin sans me retourner vu qu'il continuait sa révolte !


 
Le tout petit chemin chatouillé par les rayons du soleil m'offrait humblement son jaune soleil, jaune bonheur, jaune dimanche.
Puis quelques notes timides se sont élevées dans le sous bois.
Interdite j'ai fait une pose afin de prêter l'oreille a cette si jolie mélodie.
Mes tout petits pas, feutrés se sont arrêtés.
J'ai aussi cessé de respiré, fermé les yeux et goûté a cette merveille matinale.
Cristallin.
Féerique.
Magnifique. 
 
 
 

Comme si d'un coup le soleil chassait un tant soit peu la gêne des oiseaux du sous bois.
Quelques notes flûtées s'élevaient avec grâce vers le ciel garni de petites feuilles d'un vert si tendre.
Des trilles, des pits, des piiiiiouuuiiiii, des notes flûtées, de jolies volutes chantées, sifflées, des miaulements enfin bref tout y était avec une harmonie a en donner le frisson.
Ébahie j'ai trouvé une roche moussue et m'y suis assise.
Savourant les yeux fermés cet hommage vibrant pour une matinée enfin confortable.


Si j'avais su qu'il y avait matinée concert il me semble que j'aurais soignée un peu plus ma tenue.





 La fougère avait ajusté ses plumes excentriques.








La prèle parée des scintillants joyaux rivalisait de beauté !



Les violons ajustés attendait le maître de cérémonie afin de donner le coup d'envoi de cette symphonie.

Puis le maître s'est présenté avec tout juste quelques minutes de retard: Politesse oblige.
Et la Grive a donné la note.
Mais quelle note !
A en avoir les larmes aux yeux.

D'un parfait accord la vie a coulé de source.
Une mélodie du bonheur, un hymne à la vie.

Une forêt magique, féerique.







En suivant le petit chemin j'ai remercié l'Univers, la vie et le soleil.




jeudi 27 mars 2014

Bilan de la froide saison.


 
 
 
 
 A mes mangeoires, on ne les voit presque plus.

A peine une visite ça et là sûrement afin de vérifier si les installations sont encore disponibles et dûment remplies et ça afin de s'assurer de se rassurer.

Cette année peu de variété .... Plusieurs manquaient à l'appel. Mais que dire de la quantité !!!!
Une journée nous avons compté plus de 50 tourterelles et environ une trentaine étourneaux sansonnet.
Mais il ne faut jamais s'avouer vaincue car j'ai eu maintes fois d'agréables surprises !

Et ce n'est pas peu dire !

                                     





 
 
 
 Seules quelques tourterelles et a peine quelques mésanges me rendent encore visite.
Fidèles compagnes de cet hiver mémorable ou ici dans les environs de la Grand Ville ( Québec ).  Nous avons battu des records de froid de novembre à fin mars.



 
 
 
 
 
 
 
J'ai eu le privilège de dénombrer une douzaine harfang des Neiges cet hiver dans un rayon de quelques kilomètres de chez moi.
 
Malgré les heures à attendre, espérer; je ne peux que remercier la vie et la nature de m'avoir tant choyée.
 
Jamais je n'oublierai cet hiver 2013- 2014.
Moment de Grâce et ultime privilège qui me fût offert.
 
 
 
 
                                   


En théorie le printemps est arrivé, sur le calendrier ....
Pour ce qui est de réalité on se pose des questions ....
Il fait froid encore. Et les Harfangs des Neiges sont repartis je crois bien. Aucune trace d'eux.
 
Remplacés un peu trop tôt par les Urubus, Pygargues et un Aigle Royal juvénile.
 
 Puis rien de nouveau.
Les mangeoires sont désertées, tout est silencieux à part le vent qui siffle sa mélodie à ma fenêtre.
 
Bientôt oui sûrement nous aurons droit aux couleurs vibrantes des fleurs !
Enfin je vous le souhaite et je l'espère.


mardi 25 mars 2014

Une heure à la plage.


Le printemps cette année se borne a n'être qu'une date encerclée au calendrier car côté météo il fait encore très froid et venteux.
La neige semble soudée au sol et c'est à peine si elle fond ....
Ce matin le mercure atteignait un -23 degré .

Puis comme une réponse à tant de sollicitation le soleil a fait apparition et le vent s'est soudainement calmé.
J'oserais dire que ça sentait le printemps à plein nez !
La fièvre printanière s'est emparée de moi !
Rapidement je suis sortie à l'extérieur faire le tour de la maison avec ma pelle, traçant dans la neige de petits chemins; croyant ainsi activer la fonte ...
Faisant le tour du terrain imaginant le jour ou toute cette neige fondue laisserait place a mes fleurs et arbustes.
Une idée a germée tant le soleil était  bon !

Un bain de soleil à la plage !
Mais tout d'abord il fallait que je m'y rende ...
Avec ma chaise, mon livre, ma tasse de thé et mon appareil photo.

Pour ce je devais escalader et une fois rendue au sommet du Mont-Ticule redescendre vers la plage.

Le tout chaudement vêtue selon nos normes saisonnières. C'est à dire: le multicouches.
Ce n'était pas une mince affaire mais je tenais absolument a ce moment unique !




J'ai marché, trébuché .....
Me suis surprise a me maudire d'avoir eu une idée si saugrenue.
Saugrenue ?
Pffff ......
Pratiquement à chaque année je profite un peu de la Playa Del Fraîche avant la grande fonte.
Mais l'hiver qui refuse de laisser sa place au printemps ne m'aide en rien a franchir la distance menant à l'eau !






Ma chaise est installée, dos au vent. Si léger soit-il on doit se protéger ....
Mon visage s'offre au soleil.
Le bonheur !

Saviez-vous que le soleil goûte le bonheur et la joie de vivre ?
Je peux vous le confirmer !

Une fois presque bien installée car une chaise de plage n'est pas tout à fait adaptée pour la banquise ... Rien n'est stable.
Ça glisse dangereusement vers l'abîme ......
Ça craque de partout et le pire .... Reste à venir ...... Il faut s'y asseoir mine de rien ...avec grâce et élégance !
Quasiment impossible, ça tient à un cheveux de la folie ou de la témérité ....
Je vous rappelle que cette chaise devrait servir entre mai à octobre ; octobre je pousse un peu la limite.
Et ce vêtue d'un maillot de bain et non d'un habit de neige !

Mais j'y tiens ABSOLUMENT !


 
 
Une heure à la plage ....
A ne rien faire à part: Écouter l'eau.
Regarder l'eau .....
Humer le parfum de l'eau.
 
 
Regarder les glaces échouées.
Celles emportées par le courant....
Les écouter se fractionner....
 
 
Une heure à la plage à oublier le froid mordant.
Juste pour une heure.
Offrir son sourire au soleil.

 
 
 
 
Une heure à regarder les Garrots à œil d'or jouer dans l'eau libre.
 
Une heure de bonheur !
Une heure de détente.
Une heure à remercier la vie.
 
 
 
 
 
Puis le soleil fût avalé par les nuages ....
Et le vent est revenu me harceler .....
 
 
J'ai refait en sens inverse le chemin.
 
En remerciant la vie.
 
Une pygargue m'attendais sur sa branche. La toute première de la saison!
Elle a décrit un grand cercle autour du terrain.
J'ai osé croire à une promesse.
 
Le ciel est maintenant gris.
Le vent siffle a ma porte....
Mais la joie est chez moi !
 
Car une heure à la Playa Del Fraîche !

mercredi 12 mars 2014

Privilège.

 
 
 L'idée avait germée hier, j'avais hâte, j'en étais fébrile. Levée tôt, plus tôt encore que les matins précédents. Mon déjeuner avalé, mes vêtements chauds enfilés et mon appareil photo sous la main, j'attendais la sonnerie du téléphone annonçant l'heure du rendez-vous. 
Nous avons marché et marché encore le long des sentiers.
Aucun signe de la présence des chevreuils.
Une halte afin de nourrir les mésanges.
Mais aucun chevreuils.
Nous avons émit des hypothèses: Il fait doux et plein soleil ils doivent se reposer au soleil.
Ils sont peut-être dans un autre sentier ....

Bref nous nous apprêtions a revenir aux autos lorsque devant nous ils sont apparus.

Silencieusement.

Timidement.

Incroyablement beaux.

Nous avons pu les observer à loisir.
Et voir aussi une petite chicane entre deux jeunes.
Une matinée magnifique en bonne compagnie à quelques pas de chez moi sous un soleil incroyable.




 
 
 
Il fallait bien à partir, l'épicerie m'attendait car le mauvais temps annoncé je tenais à avoir mon frigo rempli.
Puis le ciel s'est garni de nuages ....
 
 
 
Il y a dans la vie des moments de bonheur pur à 100%.
Un environnement incroyable, une agréable compagnie et la surprise d'y rencontrer des animaux magnifiques.
Merci à la vie.


Epervier de Cooper !

En ce dimanche de changement d'heure, je voulais vivre en mode hiver une dernière fois avant de recevoir une heure de clarté de plus en fin de journée. Alors j'ai opté pour une randonnée en raquette qui ne m'a rien apporté dans ma recherche d'un oiseau exceptionnel à photographier.
 
 
Tout au plus des branches mortes, des troncs d'arbres morts a enjamber et rien à y voir.
 
A mon retour j'en étais à nourrir le poêle à bois avant que la fraîche ne s'installe que trop.
 
Je songeais déjà à enfiler des pantalons mous si confortables; lorsque j'ai croisé le regard des chats rois de la maison. Ils avaient le double de leur volume normal !
 
 
Ils regardaient la fenêtre avant là ou une des mangeoire plateau est installée puis me regardaient intensément.
J'ai à peine relevé la tête que j'ai vu là devant moi cette grosse volaille !
Posée dans la mangeoire elle semblait en colère !
 
Sûrement qu'elle y a atterrit afin de capturer son repas, une tourterelle triste. Seuls oiseaux assidus de mes mangeoires ces temps-ci.
 
J'ai cessé de respirer ......
 
Suis partie chercher l'appareil photo dans son sac à l'autre bout de la maison.
En trottinant mes culottes doublées aux chevilles. ( N'oubliez pas que j'en étais a enfiler de plus confortables)
 

 
 
 J'ai imploré l'univers, la vie et le Créateur de me donner cette chance unique. Convaincue que j'en étais que si je bougeais si peu soit-il ou que j'osais respirer il partirait.
Bien non !
Il y est resté et a même pris plaisir à la séance photo!
Lâchant son cri, coléreux le pauvre d'avoir passé si proche de manger tout son soûl !




 
Regardez bien la taille des orteils et celle des griffes !
Ont les dirait bien disproportionnés !
 
Il faut dire que la qualité des photos reste à désirer car elles ont été prises au travers de la fenêtre du salon. Très sale en cette fin d'hiver.
 
Une journée qui s'est terminée sur une note joyeuse, quasi hystérique !