lundi 15 février 2010

Toi

Ton silence me tue,
Tes mots me blessent.
Autant ton absence m'a vidée, que ta présence me trouble.
En toi ne je reconnais presque plus rien.
Ton sourire, tes yeux tout est vide
de vie
de sens.

Il ne reste qu'une enveloppe dont je ne sais plus quoi en faire.
Je voudrais tant la secouer afin d'en faire sortir celui que j'ai mis au monde.
Mais la poussière ne se reforme pas.
Elle reste poussière et s'éparpille,
s'envole selon le vent, selon les humeurs.
Le temps ne pourra rien y faire.
La cassure est trop profonde.
Et cette haine
envers moi
que je rescent comme le feu.
Comme le froid mordant du blizzard.

Je te sens et je vie ton malheur.
Il est mien et est mon lot, ma vie, mes nuits, mes insomnies, mon quotidien.

Je voudrais tant pouvoir y remédier.
Mais pour cela tu dois me laisser t'aider.
Mais tu refuse.
Quelque fois tu t'oublie, tu te déplie et m'offre un éclat de rire, un sourire, tes yeux bleux revivent.
Quelques secondes...
Et après ce malheur, ce nuage noir revient les voiler, et la c'est pire.
Ta blessure est mienne.
Ton malheur aussi.
Mais j'ai tant de mal a te retrouver afin de mieux te suivre et pouvoir te soutenir et t'épauler.
Il me faudrait une aide
Tu dois me laisser t'aimer comme avant.
Avant qu'il ne soit trop tard.
Avant que moi aussi, épuisée je ne me replie pour toujours.
Et que je choisisse l'option la plus facile surement.
M'éloigner a tout jamais de ce déchirement et retrouver ceux qui partis sont devenus souvenirs.
Laisse moi juste t'aider a redevenir.
Donne moi une chance.

6 commentaires:

grenouille verte a dit…

quel message troublant ! cet amour est tellement palpable .....je souhaite vraiment qu'il comprenne ....un conseil:fais lui parvenir directement ce message d'amour !! courage ma belle !!!

Grimimi Sue a dit…

Ton cri Marie,
je l'entends d'ici...
il me chavire,
me bouleverse
me rappelle
la douleur insupportable.

Marie, toi qui m'as dit un jour...
il faut trouver
dans les petits bonheurs
un peu de ce que l'on a perdu...
Tu ne dois pas
lui lâcher la main à ton petit devenu homme.
Marie, je souffre pour toi
et avec toi
donne-moi ta main,
ensemble ça ira mieux demain.

Je t'envoie des pensées
des bises à la vanille
des câlins au miel doré
et un bec chinois sue-cré d'amitié
Je te serre tendrement sur mon coeur

Je suis le temps qui passe. a dit…

Bonsoir Lulu,

Un texte admirablement bien écrit, mais qui ne peut laisser indifférent. Il est bouleversant et donne froid dans le dos. Est-ce possible ???

Au plaisir Lulu. Do

Dominique a dit…

Ouf...

Quelle douleur...

Faut garder courage et espoir...

Vérone a dit…

Ton texte est si troublant !
Un cri du coeur
Un cri de l'intérieur !
Que de soufrances
Comme je souhaiterais étre près de toi
Pour te réconforter !
Je te fais de gros bisous
Courage Marie !
Je pensse à toi
Bises
Vérone

Nanou La Terre a dit…

Comme je peux comprendre ta douleur...

Au moin une fois par jour ....

Au moins une fois par jour nous recevons des veilles et alertes d'orages violents. La pluie est devenue journalière, pas moyen de passer...