samedi 26 avril 2008

Le grand ménage

Aujourd'hui je voudrais bien finaliser le grand ménage du terrain. Ramasser les branches mortes, tailler les arbustes qui ont rudement souffert de l'hiver, écrasés, déchirés, tordus...
Finir aussi de passer le balai a feuilles pour ôter la chaume et mettre au compost.
Parce que j'ai retrouvé mon bac, la neige ayant fondu a une vitesse grand V.
Finalement sur le devant du terrain, ôter tout ce sable que la municipalité pousse en déneigeant...
C'est cela le plus difficile, j'ai presque terminé, mais tellement mal partout.
Pour le reste je suis avancée, il ne me reste qu'un léger nettoyage de plates bandes et retourner la terre au potager.
Les meubles jardin sont sortis, la balançoire aussi, le petit foyer extérieur...
Les tuyaux de la piscine raccordés, reste plus que la belle saison s'installe.
Les clôtures ne sont pas toutes réparées mais au moins sont sécuritaires, donc les chiens s,amusent le temps que je travaille.
Les nichoirs attires mille et une variété d'oiseaux la guerre est déclarée hirondelles et moineaux.
Mésanges, sitelles, junco, ménates, merles et cie parcourent avec frénésie le terrain a la recherche de nourriture.
Je constate cependant que l'accumulation incroyable de neige a provoqué des dégâts sur mon terrain, mais le fait de voir mes fleurs qui osent pointer le bout du nez me console et me fait oublier le reste.
Le linge fraichement lavé sèche au grand air, le repas du soir cuit dans la mijoteuse et tout sera fin prêt quand exténués noue rentrerons.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Quelle satisfaction après une telle journée passée à travailler dehors. Solange

le jardin de caro a dit…

ça me fait plaisir de savoir que tu va pouvoir passer ton temps a jouer dehors !!!!! et il y en a 2 qui doivent être bien heureux

Miss Lulu a dit…

ils sont comme moi...somnolents!

le jardin de caro a dit…

ah les 1ers soleils ça fatigue !!!!!

Au moin une fois par jour ....

Au moins une fois par jour nous recevons des veilles et alertes d'orages violents. La pluie est devenue journalière, pas moyen de passer...