dimanche 24 mars 2013

Miss Lulu ose défier les lois du printemps.

Ce matin Dame nature m'offrait un cadeau de vie et d’espérance.
Une matinée incroyable avec un lever du soleil quasi mur à mur.
Dentée rare .. A ne surtout pas négliger.
Nul besoin de perdre son temps a se questionner je savais que l'appel surviendrait sous peu.
L'appel de celle qui sait elle aussi voir au delà de la réalité en gris !
Celle qui comme moi ose porter le regard !



Les moments d'arrêt afin de mieux voir, mieux sentir et apprécier.... Aussi goûter  car le bonheur a un goût si frais, un goût de soleil, un goût de miel!
S'offrir la matinée comme une communion tant attendue.
Prendre le temps d'analyser... Profiter du moment présent avec toute notre modestie 
féminine se féliciter a haute voix lorsqu'aucune oreille indiscrète nous épie que nous avons fait le bon choix: celui de sortir tôt et devenir pour quelques temps propriétaires exclusif de cet endroit.



Mais dès notre retour Dame Nature a tiré le rideau, terminé l'abus de beau temps; on revient en mode normalisé... Tonalité de gris.......
On remise les lunettes solaires ainsi que la crème anti reflet. Ou ne serait ce pas le contraire ?
Le printemps doit être désiré aucun abus n'est permis... Je n'en étais que plus fière!
Quelle belle matinée....
Miss avait goûté au bonheur et maintenant on le lui ôtait ?


C'est bien mal connaître Miss Lulu.
     ................


Si le soleil ne revenait pas à elle, tenace elle irait la ou le rayon se pointerait.
Et tout à coup l'idée pris forme !






Retrouver le sentier ou les épinettes de Norvège nous protège, ce chemin tant de fois parcouru qui mène partout dans un pays diversifié en passant par les marécages, jusqu'à la digue aux castors et même si l'audace vous accompagne vous traverserez une plantation de pins jusqu'à la rivière Jacques Cartier.
Bref c'était mon but....
Sauf que ............

Je ... ( ne m'y suis jamais rendue)
Enfin bref.
Si humblement soit il; je dois avouer m'être perdue dans mes pensées.
Mon esprit s'est permis une pause ...
Ai  passé un temps fou à regarder danser sous le vent les hautes graminées.
En attendant le soleil.



 Incroyablement je trouvais la prêle presque jolie, féminine.......
Tenace....... Affriolante.
Elle s'offrait comme une jouvencelle a l'air printanier.


Bravache en affichant ses couleurs osant défier toute logistique de jardiniers acharnés.





Et devant moi à quelques pieds à peine .... Des quenouilles en pleine période de mue!
Pas possible... 
Que m'arrivait il?

Je perdais le peu de raison qui me restait ?

Prendre un tel risque .

Gâcher une si belle journée pour une simple quenouille ?

La quenouille est parfois traîtresse.
Elle aime habiter un lieu qui défie les plus simples lois de la nature...
lieux humides.
......


     Miss Lulu n'y songe même pas, elle n'a qu'une idée en tête. 
S'approcher de plus en plus près. Afin de toucher. Ce joyau qui bêtement s'offre à sa vue.
Comme de par sa nature curieuse, téméraire, tenace, indisciplinée,observatrice. Et lunatique.
Elle en oublie que les quenouilles adorent et le mot est faible pousser le long ou dans les fossés les plus ... profonds. Ma foi elles recherchent j'en suis maintenant convaincue les tranchées naturelles. Fosses, abysses........
Miss pose d'abord le pied et tâtonne de la cheville la stabilité du sol, quand même on est définitivement au printemps, saison de fonte oblige à une telle prudence!

Puis prudemment elle attend et compte ... Un, deux.... trois puis elle y pose ( dépose)  le ( comme elle n'en n'a que deux faut bien que l'autre suive) second pied.
Comme elle se faisait légère... Presque en état de lévitation!
Rassurée.
Confiante.
Un peu bête il me semble ........
Heureuse et souriante et elle pose ses mitaines au sol, offre son sourire le plus beau aux passants qui la regarde curieusement.
Qui osent déposer sur elle leur regard le plus ... étonné, inquiet?
Car qui oserait apporter tant d’intérêt a une quenouille?

Il n'y a qu'elle pour y apprécier tout le charme.

Pour le moment tout semble stable, solide.
Ma foi et pourquoi pas une photo, c'est le bon moment de mettre en pratique la technique.
Quand tout à coup un léger, mais si minime frémissement se fait sentir.
Pas une onde de choc, ni une secousse ...
Pas une catastrophe naturelle loin de la .
Ni même un cataclysme.
 Non à peine un frisson de sol......
Miss qui bientôt sans s'en douter deviendra : Fée téméraire. 
Elle  regarde au ciel comme si ce qui risquait d'arriver prenait la voix des airs.

La redoutable main de Dieu lui indiquait pourtant la suite des évènements.





Et sous son poids plume le sol s'est écroulé, ouvert...... Direction enfer.
Assez pour qu'elle en saisisse la gravité du moment.
Un trou, un seul et la journée a pris un tout autre tournant.
Le soleil moqueur s'est même effacé du droit chemin.
 De son chemin.
Exit Miss Lulu, comme une mauvaise actrice de Music Hall, on ouvre la trappe, on expulse.
Bon débarras....

Ah ben ça alors !
Miss s'est enfoncé jambe coté gauche jusqu'à mi cuisse dans le fossé pendant que  la quenouille semble conserver son sérieux.  Elle ne bronche plus avec le vent. C'est bien le temps de cesser de branler au vent maintenant que je suis enlisée et que mon appareil photo gis a mes pieds, non en fait a mon pied. L'autre étant pour le moment : hors service.
( en souhaitant ardemment le revoir d'ici l'été, pas l'appareil photo mais le pied ainsi que sa fidèle comparse la jambe toute entière)
Je force, tire ..Rien a y faire ... Rien ne bouge, c'est bien coincé.
Je dépose mon fidèle ami ( APN) , prends appui de chaque coté de la croûte neigeuse qui recouvre le fossé diabolique dévoreur de Dame en quête de beauté naturelle et pousse de toute mes forces afin de ne pas être avalée pour la fin de temps!
Ma jambe fini par me revenir, faire partie de mon moi-même, mais quel soulagement!
Tellement habituée d'en avoir deux quoi que peu fiables je les apprécies .
Sauf que la botte a refusé de suivre le même parcours et je dois absolument la récupérer et cela sous le regard des promeneurs du dimanche qui assemblés tout autour de moi comme devant le pasteur d'un office religieux semblent se demander si j'y arriverai et cela sans jamais offrir d'aide.
Ils préfèrent sans doute aucun se questionner et ... qui sait peut-être parier sur mon sort ?


Finalement j'opte pour la position la plus humiliante........... 
Tête a ras le sol, popotin dans les airs, telle une poule qui picore et le bras tout au fond du trou je touche a peine l'objet de mes désirs.
Volonté, entêtement ?
C'est comme vous voulez...... Et moi de toute façon  comme la fierté en a pris pour son rhume je n'ai qu'un seul désir pour le moment.
Humblement 
moi tout ce que je veux pour l'instant c'est ma botte !

Une c'est bien, mais deux c'est encore mieux!


A tant s'acharner Miss obtient gain de cause.
Elle enfile rapidement l'objet dégoulinant d'une eau glacée.
Et retourne en essayant de conserver un air de féminité, fierté oblige.
Elle doit cependant contourner les zones marécageuses qui ne l'intéressent plus vraiment. 







Passer le charmant pont accompagné par le son de l'eau vive qui y coule déjà. 
Croiser encore une fois les passants ( ceux qui pariaient sur son pauvre sort ) oui ceux la-même qui maintenant lui offre un sourire narquois.
Ou qui détourne le regard.
Mais qui comme moi rythme leur marche au son du plouch splouichhhhh qui sort de mes bottes. 
Rien de musical ....




Mon pas s'allonge et la vitesse augmente. Les bulles se forment déjà au bout de la botte.
Le Plouchhh Splouichhhhhhhhh augmente proportionnellement avec la rapidité de mon retour et mes orteils ne me répondent plus.



Vivement un bon massage suivi d'un bain de pied et des bas de laine. Ce soir ce sera pour moi et mes 10 amis une soirée pantoufle au coin du feu.

De toute cette aventure j'en ai tiré une leçon. 
Ne jamais défier une quenouille solitaire qui a survécu a l'hiver!
Puis j'ai appris quelque chose......... de scientifique.
Oui 
oui 
ouiiiiiiiiii 


Notre jambe est plus longue que notre bras qui essai tant bien que mal de récupérer la botte
avalé par le vilain Monsieur Fossé! 


6 commentaires:

Nanou La Terre a dit…

Toujours aussi lumineux et serein quand on vient ici... Mais, quelle aventure!
Ce qui m'a choqué, ce sont ces gens à regarder et ne rien faire et, malheureusement c'est chose courante.
Question d'éducation saans doute. mes parents m'ont appris à aider mon prochain.
J'ai eu bien de la peine lorsque, la semaine dernière ma maman qui a 82 ans a tombé à genoux dans la neige au bord de la rue et que 3 voitures sont passées sans rien faire! Ce sont des passants à pieds qui l'ont secourue.Elle est quand-même demeuré 10 minutes à genoux à se débattre pour essayer de se relever.
Bonne semaine à toi!

Aline Gravel a dit…

Ah! Miss Lulu !!! Mais à quoi as-tu donc pensé ? Faut jamais, jamais au grand jamais défier une quenouille!

Merci pour ce magnifique texte... pour les sourires, pour le suspense.

Heureuse que toi et tes 10 complices soient arrivés en un seul morceau à la maison.

Miss Lulu a dit…

Les quenouilles sont comme les mouffettes, des beautés naturelles a regarder de loin. Maintenant je sais !
Moi et mes 10 complices avons eu droit à une soirée au coin du feu sous la couette!

Merci pour ton passage ici.

Miss Lulu a dit…

Nanou La Terre, c'est une pitié de voir à quel point les gens n'osent plus s'offrir afin d'apporter de l'aide et surtout lorsqu'il s'agit d'une vieille dame. Du chacun pour soi ...Désolant.
Dans mon cas c'était surement mieux qu'ils restent a distance sécuritaire, si il avait fallu que tous nous y perdions notre chaussure...Mais j'en ai tiré une leçon .... Rester dans les sentiers battus.

Solange a dit…

Espérons que ta mésaventure ne te feras pas avoir le rhume.J'ai passé un bon moment ici.

Miss Lulu a dit…

J'ai pris toutes les mesures nécessaires afin de ne pas l'avoir ....Malgré tout la promenade était belle.
Aujourd'hui le vent veut nous arracher la tête...

Une petite colère

Il en avait assez le ciel de tout ces nuages .... De ce temps de pluie, temps incertain. Alors une grande peine l'a envahi et il a t...