dimanche 8 décembre 2013

Partie rêver en forêt.

En ce second dimanche de l'avent j'avais besoin d'air.
D'espace et de quiétude.
La tête ailleurs, le cœur un peu gros et l'esprit rempli de questions restées sans réponses, le grand air ne pouvait que tout guérir.
 
 
 
 
 
 
 
 
Un joli banc m'offrait son appui mais j'ai refusé prétextant avoir besoin d'aller voir le bout du monde comme si le confort et la vue qu'il m'offrait me comptait pas.
 
 
 
Le bout du monde c'est loin ... Et le soleil baissait.
La rivière gelée chantait sa chanson si triste
 
 


                Plus personne pour la contempler, écouter ses craquements et rêver sur son parcours.



 
 
 
Et comme je suis plutôt du type: Henri que c'est beau la nature ;j'ai une nette tendance à regarder le ciel et la tête des arbres alors que je devrais regarder où je met les pieds.... 
Et ce qui devait arriver.... arriva.
Un pied quitta la piste et l'autre pris l'exemple du premier et parti lui aussi du côté opposé. Résultat ?
La madame se retrouva étendue de tout son long sur le sol glacé.
Puis une longue glissade s'en suivi. Une glissade sans fin, un 100 mètre style libre réussi à merveille.
10/10 Méritas.... 
 
 
 
 
Morale ....
 
Chez moi tout est beau aussi, le ciel, le fleuve, les arbres ...
Bref au retour il y aura toujours un bon chocolat chaud.
 

 

 
 Mais alors pourquoi croire que c'est plus blanc au bout du monde ?
Qu'ailleurs il y a autre chose.
Pourtant je n'ai pas trouvé réponse à mes questions...
Je m'y suis sentie encore plus seule.

Mais j'y ai rencontré un ange qui m'a dit bien sérieusement:
Madame faite très attention c'est très glacé ici .....




Mon cœur se dégonfle peu à peu  .....
Ma tête vivra avec ses questions .... Et me connaissant que trop bien, malgré que j'ai mis mes crampons dans l'auto; je regarderai toujours le ciel lorsque je marche. Le regard porte loin et on accède à bien des beautés de cette façon....

J'apprendrai à accepter ce que la vie emporte comme fardeau à moi comme aux miens, même si quelques fois la rage est forte et ne règle rien.

Écrit en écoutant l'Avé Maria pendant que le pâté au poulet réchauffe doucement. Et ce soir j'offrirai un remerciement à l'univers pour cette journée au grand air et toute la fierté que j'ai pour mon fils: Combattant acharné, fier et déterminé à lutter.
xxx
 

Aucun commentaire:

Une petite colère

Il en avait assez le ciel de tout ces nuages .... De ce temps de pluie, temps incertain. Alors une grande peine l'a envahi et il a t...